SCO1919 : « L’équipe est mûre et affirme son jeu »

Le LOSC reçoit le SCO d’Angers ce samedi pour le dernier match de la saison au Stade Pierre Mauroy, devant des supporters impatients de célébrer cette saison fantastique. Afin de mieux connaitre le dernier adversaire visiteur, SCO1919 a accepté de répondre à nos questions sur le SCO, leur saison et sur les Dogues qui ont évolués sous les couleurs d’Angers.

Quel est votre ressenti sur la saison du SCO ? Quelles sont les forces et les faiblesses angevines ?

La saison du SCO est clairement bonne. Il ne peut en être autrement alors que le maintien est obtenu déjà depuis de nombreuses semaines (même si c’est officiel depuis le match à Caen). Par ailleurs, on a senti la volonté du staff et du groupe à jouer un peu différemment, plus dans la construction et dans l’animation et en s’appuyant moins sur un jeu direct et de contre. Sûr désormais de ses qualités et ayant engagé depuis 4 ans beaucoup d’expérience, on sent que l’équipe est mûre et affirme peu à peu son jeu, plus équilibré, plus construit. L’ensemble des joueurs a également su étoffer son bagage technique, facilitant en cela cette évolution. La force du SCO est là : construire son jeu sur des bases solides, assoir l’équipe sur une défense sûre, les talents individuels et la synergie du groupe donnant de la qualité pour initier des évolutions intéressantes du style de jeu. Les joueurs se connaissent, prennent confiance et se font confiance. Tout comme le staff qui dispose de plus de variations et de possibilités pour préparer les matchs. Par contre il faut de la constance et la faiblesse du SCO c’est que, tous les ans, il faut presque tout reconstruire du fait du départ des meilleurs éléments et de l’arrivée de nouveaux joueurs. Reconstruire, toujours. Le talent, on en a, mais ce sont souvent des jeunes joueurs ou des joueurs pour lesquels il faut du temps pour qu’ils puissent peu à peu exprimer tout leur talent. Et cela se traduit par des variations dans le niveau de jeu, car parfois certains joueurs vont moins peser que d’habitude ou qu’un petit quelque chose (un fait de jeu, une tactique adversaire contrariante ou même un but) va dérégler notre jeu collectif. On a bien noté cette saison un manque de régularité, d’un match à l’autre mais aussi d’une mi-temps à l’autre, que j’estime nous a coûté un certain nombre de point.

Que pensez-vous de l’évolution de Nicolas Pépé depuis son départ d’Angers ? Attendiez-vous à le voir à ce niveau ?

La saison de Nicolas Pépé est tout simplement impressionnante. Son évolution en deux ans est incroyable. La constance avec laquelle il a traversé cette saison font de lui un élément désormais très regardé par les plus grands clubs européens. Et c’est mérité, je trouve qu’il a pris beaucoup de maturité dans son jeu. Il a gardé sa vitesse et sa virtuosité, mais en y ajoutant la vision du jeu, la prise de risque (mais contrôlée) et surtout l’assurance d’un joueur clé dans un effectif qui fait la course à la Ligue des Champions. On le savait très talentueux, mais pour ma part je ne pensais pas qu’il atteindrait si vite ce niveau. Et on sent qu’il a encore une marge de progression ! A lui de choisir le bon club pour poursuivre son développement.

Jonathan Bamba a également évolué sous les couleurs noires et blanches. Un mot sur lui ?

Ah oui. Jonathan a laissé une très, très belle trace ici. On aurait tellement adoré le voir revenir, mais c’est logique qu’au vu de son talent il arrive dans un club de haut de tableau. Quand il est venu, au mercato de janvier 2017, il jouait peu dans son précédent club (Saint-Trond, en Belgique, où il était prêté par Saint-Etienne qui ne croyait que moyennement en lui) et pour lui c’était vraiment l’occasion de se relancer. Et il l’a fait de très belle façon, donnant beaucoup de peps et de vie à notre jeu. Je crois qu’il s’est bien plu également à Angers. Visiblement il appréciait et était apprécié du staff. Il a donné un nouveau souffle à sa carrière. Nous sommes heureux qu’il s’épanouisse aujourd’hui au LOSC.

Comment analysez-vous le match aller entre le LOSC et le SCO ?

Le LOSC restait sur une très grosse dynamique après être resté invaincu sur ses trois premiers matchs et nous nous étions dans le dur avec zéro point. Bref, cela s’annonçait compliqué… Nos joueurs ont fait un match très sérieux, très solide. Sans faire un grand match, l’équipe a mis les ingrédients, notamment derrière et au milieu de terrain, pour bloquer les espaces et priver Lille de véritables occasions (seulement trois tirs cadrés). C’était un peu un retour aux fondamentaux. Et puis les nordistes n’étaient sans doute pas dans un grand jour. Le « roc » (le capitaine Ismaël Traoré) a fini le travail en venant inscrire un but très important pour nous.

Comment voyez-vous le LOSC d’aujourd’hui ?

Une belle équipe, plaisante à voir jouer. Un beau deuxième, méritant sans conteste sa place. Le talent et la richesse de l’effectif était là, mais je loue le travail de Galtier qui a su animer ce collectif et redonner confiance à ce groupe après une saison cauchemardesque. La seule chose que j’espère c’est que le LOSC pourra garder un maximum de ses éléments (on sait déjà que Pépé va partir) pour représenter dignement la France en Ligue des champions l’année prochaine et, pourquoi pas, contrarier un peu plus, l’hégémonie parisienne sur le championnat de France.

Un pronostic pour ce week-end ?

Forcément je vois un résultat positif pour mon équipe. Pourquoi pas refaire le coup du match aller ? 0-1 pour le SCO.

Crédit Photo : Laurent Sanson – NordSports-Mag.com