Racing Stub : “L’équipe a franchi un palier”

A l’occasion de la confrontation ce soir face au Racing Club de Strasbourg en Coupe de la Ligue, mais également en vue de la rencontre à Pierre Mauroy vendredi prochain, nous avons interrogé Matthieu du site racingstub.com qui a accepté de répondre à nos questions à travers cet interview qui sera publié en deux parties.

Comment analysez vous votre début de saison ?

Après une saison de retrouvailles intense mais parfois stressante avec la Ligue 1, on a l’impression que le Racing a franchi un petit palier. Bien entendu, ce n’est qu’une tendance et Strasbourg n’est pas à l’abri d’une mauvaise série. Mais l’équipe est assez sûre de ses forces à la Meinau et arrache de temps en temps un résultat à l’extérieur, ce qui devrait nous épargner une fin de saison au couteau.
La progression de l’effectif est assez perceptible, il n’y a plus beaucoup de joueurs ayant décroché la montée en L1 en 2017 et les nouveaux ont apporté un surplus de qualité assez évident. Enfin, tout semble aller avec l’entraîneur Thierry Laurey, en poste pour une troisième saison, ce qui est une performance à l’échelle d’un club aussi instable que le RCS.

Quelles sont les objectifs du club et les attentes des supporters cette saison aussi bien en championnat que pour les coupes nationales ?

Il ne s’agit que de la deuxième saison du Racing parmi l’élite, dès lors le maintien représente le premier des objectifs. Ensuite viendra le moment de réfléchir au meilleur classement possible. En observant de façon sommaire le championnat, on distingue plusieurs “blocs” : le futur champion, les gros, les budgets confortables de type Rennes ou Bordeaux qui n’envoient pas franchement du rêve et les dix derniers. Idéalement, ce serait bien de voir Strasbourg en milieu de tableau, à la tête de la dizaine de clubs jouant le maintien. Le club n’est pas encore taillé pour rivaliser avec Bordeaux, Saint-Etienne ou même Nantes.
Du point de vue supporter, si on peut continuer à vibrer et à soutenir une équipe attachante, avec des défauts mais du cœur, ce sera parfait.

Les coupes nationales, bof, Strasbourg s’est fait sortir de façon un peu lamentable par une équipe de National en huitièmes de finale de Coupe de France (Avranches puis Chambly) ces deux dernières saisons, alors qu’il y avait un coup à jouer. La Coupe de la Ligue est propriété des clubs qui jouent la Coupe d’Europe, donc il n’y a rien à espérer à terme.

Quelles sont les forces et les faiblesses strasbourgeoises cette saison ?

L’effectif a été renforcé partout, mais la priorité était de solidifier la défense. Le gardien belge Sels est arrivé, sa sérénité tranche avec la fébrilité affichée par les précédents goals du Racing. La défense est globalement plus sereine, le dispositif à trois stoppeurs et deux latéraux fonctionne bien. Sans être un atout, notre défense a cessé d’être un gros handicap.
Strasbourg marque aussi pas mal sur coups de pied arrêtés, même si notre artificier Liénard a un coup de mou en ce moment.

Pour les faiblesses, le Racing a tendance à encaisser énormément de buts en fin de mi-temps. Mais on en marque aussi, ce qui équilibre un peu les chiffres. Sinon les deux milieux créateurs Thomasson et Corgnet manquent un peu d’impact et leur influence est assez cyclique.

Un pronostic pour ce soir ?

Pour le match de ce soir, deux onze très modifiés devraient être alignés. Je vois bien un match nul débouchant sur une séance de tirs au but. En espérant que Maignan ne soit pas là…

Rendez vous la semaine prochaine pour la deuxième partie de l’interview !

Crédit Photo : Laurent Sanson – NordSports-Mag.com