A la UNE

Si on y arrive pas à Troyes non plus…

Nous retrouvons cette semaine-ci notre cher LOSC à Troyes, capitale de L’Aube, qui pointe, toute penaude, à la dernière place du classement. Du point de vue logique, ça devrait être facile…ou pas. Il ne faut jamais sous-estimer l’adversaire et Cap. Mavuba l’indique bien dans sa conférence de presse:

« J’attends autre chose de nous tous. Tu ne peux pas te contenter d’être 16e quand tu joues au LOSC. On doit retrouver un état d’esprit. Ce qui fait avancer un groupe, ce sont les remplaçants, qui doivent créer une émulation. Troyes ? Ça peut paraître simple sur le papier, mais ce sont les matchs les plus compliqués. On va tout faire pour le gagner. »

Au moins c’est bien, l’esprit est là! Et puis pour la première de Patrick Collot suite au départ controversé d’Hervé Renard, nous attendons que notre LOSC nous montre une ambition qui ne lui est plus coutûme.

Patrick Collot aligne une équipe assez différente de toutes celles présentées par Hervé Renard.

Le LOSC joue en 3-3-4: Enyeama au but, défense composée de Corchia, Basa, Civelli, Sidibé, milieu intéressant de Mbemba (première en L1), Mavuba, Balmont, une attaque surprenante avec Bauthéac, Guirassy et Benzia.

L’ESTAC présente son équipe en 1-3-2-4 avec le jeune Bernardoni au but, défense Martins-Pereira, Saunier, Veskovac, Dabo, milieu Darbion, Ayasse, Py, Court, attaque Nivet, Jean.

L’ESTAC, qui n’a toujours pas gagné en L1, ne veut surtout pas perdre. En effet, si défaite il y avait, Jean-Marc Furlan, entraîneur de la maison Troyenne risquerait d’être remercié.

Les supporters Lillois réclament une victoire.

Un début rassurant

On est content lorsque le match commence. Les équipes se titillent, la balle fuse des deux côtés mais les actions Lilloises se créent bien comme il faut. D’ailleurs à la 9ème minute, suite à un cafouillage dans la surface de Bernardoni, Yassine Benzia récupère le ballon et marque déjà.

Le premier but du néo-Lillois arrivé cette été: un beau but, plein de lucidité. Un réveil pour le joueur venu de Lyon. On l’espère.

Le match continue avec cet avantage. Bien sûr on sent les Lillois plus libérés surtout par rapport au taux de conversion des transmissions milieu-attaque: c’est fluide, ça bouge bien, il y a de l’envie, ça pêche en fin d’action peut être parce que les ballons sont un peu trop profonds mais les latéraux jouent avec le reste de l’équipe. Ca fait plaisir à voir!

Patrick Collot avait indiqué que l’équipe devait apprendre à attaquer et à défendre ensemble. L’unité, c’est ce qu’on se tue à vous dire depuis le début de la saison: le LOSC ne peut réussir si les joueurs ne s’entendent pas.

On ne peut que constater que pour l’instant ça joue de partout. Balmont transmet bien sur Benzia et Guirassy. Mbemba, peut-être brouillon sur certains points mais sinon, le talent est là.

A la 20 ème, il y a un petit baisse de rythme qui profite aux Troyens. Et si c’est une ruse de Collot pour faire courir les Aubois elle est à revoir: on leur à laisser beaucoup trop d’espaces et beaucoup d’occasions. Ils temporisent et inversent même la tendance à certaines possessions de balles.

Lille réattaque faiblement en fin de première mi-temps: notamment grâce à deux corners de Bauthéac: les actions sont males négociées et le LOSC part aux vestiaires avec un but d’avance seulement.

12062491_10207688949850020_1089824865_o

L’Envie est là

Retour de vestiaire, aucun changement des deux côtés. Lille impose son rythme: plus les minutes passent, plus la place de Jean-Marc Furlan semble précaire. Les Troyens n’ont toujours pas gagné cette saison et les actions troyennes sont sans succès.

Plusieurs très bonnes actions Lilloises qui ne seront pas concrétisées à la 50′, 51′, 53′, 55′, 57′ (sur un hors jeu de Bauthéac qui n’était pas hors jeu), 58′, 63′.

Les Lillois essaient de semer les Troyens dans des transmissions faciles: les relances sur l’attaque sont bien négociées mais ça ne passe pas toujours pas dans le dernier geste. Ah si on avait ce buteur!

Mbemba qui est l’auteur d’un match tout à fait remarquable est remplacé par Martin.

Troyes profite de ce remplacement pour essayer d’être plus tranchant. Sur un corner concédé par Civelli, Martins Pereira relance sur Corentin Jean qui trompe Vincent Enyeama d’une belle frappe décalée au second poteau. Troyes égalise sur ce qui semble être leur seule occasion de seconde mi-temps.

Cruel destin.

losc_lille_vs_as_saint-etienne_L1_j12_2014_2015_01-11-14_photo_laurent_sanso

Malgré les circonstances, la rage est là

Les Troyens poussent, cette première victoire en L1 leur permettrait d’avoir la tête ailleurs et de sécuriser leur position en L1 avec un entraîneur qu’ils connaissent bien.

Mais les gars du LOSC sont là aussi, conscients qu’ils ont maîtrisé la majeure partie de la rencontre, et ils veulent la victoire.

A la 75′, double occasion pour Lille ! Benzia côté gauche joue avec Bernardoni dans la surface. Mais le dribbleur lillois ne peut pas s’ouvrir le chemin du but. Le ballon est renvoyé. Sur un long centre depuis le côté droit, Balmont manque une tête à bout portant.

A la 76′, le gardien Troyen sauve son camp en intervenant face à Guirassy, venu seul à sa rencontre. Sur le corner qui suit, Jessy Pi sauve sur sa ligne sur une tête de Basa.

A la 79′, le gardien Troyens a décidé de sortir les 10 minutes de sa carrière en repoussant encore une superbe frapper cadrée de Djibril Sidibé.

Le match s’emballe: Troyes y croit encore aussi. Civelle repousse une bonne action de Camus.

A noter que Guirassy est remplacé par Nangis et Bauthéac par Araujo qui fête sa première en L1.

Les parades de Bernardoni sont incroyables face à des Lillois qui essaient. Corchia par deux fois à la 87′, Marvin Martin s’y met aussi à la 89′.

Mais le foot est cruel. Le match reste nul et Lille n’arrange pas sa situation au classement.

Patrick Collot a eu cette réaction en fin de match: «Le sentiment est mitigé car on était venu pour prendre trois points. On a fait une bonne entame de match, mais après le but on a commencé à reculer. On n’a pas joué juste et par moments, on a déjoué. On a parfois été désordonné, l’équipe était coupée en deux.

On n’a pas réussi à se mettre à l’abri, Troyes n’a pas lâché et a réussi à marquer. Ensuite l’équipe a eu la volonté d’aller gagner ce match, on a poussé pour essayer de marquer ce deuxième but mais on n’a pas réussi, même si on a eu beaucoup d’occasions en fin de rencontre.

Pour être guéri, il va falloir faire beaucoup d’efforts. Ne pas gagner ici, ce n’est pas inquiétant mais il faut s’améliorer. Mon avenir ? Je ne sais pas si je serai encore là samedi prochain à Angers, je continue à travailler pour être plus performant.»

Ce qu’il faut retenir:

  • Le but de Benzia: une première pour l’attaquant. Un bon match du néo Lillois.
  • La vitalité de Balmont.
  • Les bons débuts de Mbemba et Araujo.
  • L’entreprenant Sehrou Guirassy.

Ce qu’il ne faut pas retenir:

  • L’attaque du LOSC: bonne entente et entreprenante, mais une maladresse déconcertante face au but. Il nous faut un vrai buteur. Ce sera alors une autre affaire, j’en suis sûr.
  • Le fait qu’on ait rendu un sacré service à Troyes en leur permettant de garder leur entraîneur. Ca aurait dû être une victoire.
  • Les nombreux cafouillages de la défense.
  • Et enfin, une fois n’est pas coutûme, mais ça demande d’être traité: les réactions infâmes des nombreux supporters sur les réseaux sociaux. Et donc pour cela je me permets de mettre la définition de supporters: Partisans d’une équipe ou d’une personne à qui ils apportent leur soutien. Vous n’avez pas toute la vérité sur ce qu’il se passe dans le club: à moins que vous ne décidiez de mener l’enquête et de rendre publics les livres du LOSC (ce qui est une solution valable), veuillez vous contenter d’apporter votre soutien. Merci.

Le LOSC se déplace à Angers, samedi prochain. Un match difficile. On espère voir un LOSC de grands soirs. On aime nos Dogues. Aller le LOSC.

Commentaires

Dernières infos

To Top