A la UNE

Où en sont les anciens du Loft ?

Alors que le club est en train de vivre l’une des pages les plus ternes de son histoire, gros plan aujourd’hui sur les anciens membres du loft du LOSC. Ces joueurs non voulus par Marcelo Bielsa, et qui auraient pu faire du bien à l’équipe en ces temps difficiles.

Marko Basa, clap de fin

Après six ans de bons et loyaux services, Marko Basa s’en allait l’été dernier au terme de son contrat avec les Dogues. Un départ logique pour certains, tant l’âge avancé et les blessures à répétition du Monténégrin ont installé le doute chez les nouveaux dirigeants, mais que l’on pourrait tout de même regretter aujourd’hui. Du haut de ses presque 300 matchs de Ligue 1, l’arrière central aurait sans doute apporté une certaine sérénité qui manque aujourd’hui au club, qui plus est quand on voit les performances de la charnière ces dernières semaines. Après quelques discussions avec l’Étoile Rouge de Belgrade en début d’exercice, le natif de Kruševac finira par officialiser sa retraite sportive au début de l’année 2018. Un grand joueur doublé d’un homme sérieux. Hvala Marko !

Enyeama, l’incompréhension

« Aujourd’hui, il y a un problème direction-Enyeama. Ce n’est pas un problème sportif ». Cette déclaration, de Christophe Galtier, en dit long sur la situation vécue par notre ange gardien cette année. Considéré comme l’un des meilleurs portiers d’Europe durant de longs mois, Vincent Enyeama n’a pas joué la moindre minute au club cette saison, contraint d’évoluer avec la CFA des Dogues. Malgré une approche d’Angers au mercato hivernal, il n’aura jamais bougé et reste aujourd’hui encore salarié du club et sous contrat jusqu’en juin 2019. Quand on fait un rapide bilan des prestations de Mike Maignan puis d’Hervé Koffi dans les buts, nul doute que le natif de Kaduna aurait permis à la maison lilloise d’accrocher quelques points supplémentaires au classement. A croire que certains égos ont pris le pas sur la survie du club. Dommage, surtout envers un type pareil.

Capitaine Mavuba sur la fin

Non désiré sportivement, lui aussi, par la nouvelle direction du club l’été dernier, Rio Mavuba a fait le pari de l’étranger en s’engageant avec le Sparta Prague jusqu’en juin 2020. Une nouvelle aventure synonyme de fin de carrière tranquille pour l’international français, qui aura tout de même disputé onze rencontres en tant que titulaire cette saison au sein du championnat tchèque. Pour le moment quatrième avec les siens et virtuellement qualifié pour la Ligue Europa l’an prochain, il aura peut-être l’occasion d’ajouter une dixième campagne européenne à son tableau de chasse l’an prochain. Soit quatre de plus que l’ensemble des milieux de terrains actuellement dans l’effectif lillois, et 33% du total. Parfois, il faut se poser les bonnes questions.

Palmieri sur le pont

Mis à l’écart après seulement une saison sous les couleurs nordistes, Julian Palmieri a lui attendu la fin de l’année 2017 pour s’engager avec le FC Metz. Toujours aussi généreux dans l’effort, et doté d’un état d’esprit guerrier qui fait du bien dans ce genre de lutte pour le maintien, il est un titulaire régulier avec les Grenats et a déjà joué treize rencontres depuis décembre. Revenus à quelques unités du barragiste, les Lorrains le doivent d’ailleurs un peu au natif de Lyon, véritable moteur pour le groupe de Fred Hantz. En attendant de voir de quoi l’avenir de son club sera fait, il est sous contrat jusqu’en juin et prouve du haut de ses 31 printemps qu’il reste un bon joueur de Ligue 1. Peut-être même meilleur que les latéraux gauches actuellement sous contrat à Lille.

L’éclate pour Sliti, Bauthéac et Martin

Eux aussi placés dans le Loft à l’arrivée de Bielsa et son équipe, Naïm Sliti, Eric Bauthéac et Marvin Martin ne doivent pas regretter leurs départs des Flandres, loin de là. Pour le premier cité, définitivement acheté par Dijon, le maintien est acquis et la saison est largement réussie sur le plan des statistiques. Buteur à 5 reprises et auteur d’autant de passes décisives, il devrait faire partie de l’équipe nationale de Tunisie cet été à la Coupe du Monde, pour le plus grand bonheur des Aigles de Carthage.

S’il ne sera pas à la Coupe du Monde lui, Eric Bauthéac prend également du bon temps avec sa nouvelle formation du Brisbane Roar. Titulaire indiscutable pour son coach en Australie, il est l’un des meilleurs joueurs de son équipe et a terminé sa saison 2017-2018 au premier tour des Playoffs d’A-League. Éliminé par Melbourne City – filiale de Manchester City – il est d’ores et déjà en vacances et devrait attaquer tambours battants la prochaine saison du championnat australien. Sous contrat jusqu’en juin 2019, il a en tout cas le temps de s’éclater, bien loin des soucis lillois.

Enfin, la donne est un peu différente pour Marvin Martin. Longtemps plus gros transfert de l’histoire du club, l’international français s’est engagé du côté de Reims cette saison et a obtenu, déjà, sa remontée en Ligue 1 l’an prochain. Une très belle réussite collective toutefois ternie par des problèmes physiques, l’ancien sochalien accumulant encore les pépins physiques handicapants. Buteur en Novembre dernier contre Auxerre – Si, si on vous assure- il aura, on l’espère de tout cœur, l’occasion de retrouver le LOSC la saison prochaine.

Le cas Xeka

Comme Naïm Sliti, Xeka s’est lui aussi envolé vers Dijon en Aout dernier sous forme de prêt. Un prêt qui s’est plutôt bien déroulé dans l’ensemble – 2 buts et 3 passes – mais qui a bien failli tourner au vinaigre lors du mercato hivernal. Fortement courtisé par Lille et désireux de rentrer dans le Nord plus tôt que prévu, le Portugais s’est alors vu barrer la route par les dirigeants dijonnais, conscients de son importance dans la lutte pour le maintien. Vraisemblablement de retour dans le Nord à la fin de saison, il sera alors encore sous contrat avec Lille et devra décider de son avenir en fonction des résultats du club. Lui aussi aurait pu faire du bien dans l’entrejeu.

En bref…

Enfin, outre la saison correcte d’Eder sous les couleurs du Lokomotiv Moscou – 3 buts en 8 titularisations – nous relèverons aussi les prestations abouties de Lenny Nangis avec Valenciennes, d’ores et déjà maintenu en Ligue 2 malgré un contexte difficile, ainsi que le passage plus que mitigé de Junior Tallo au Vitoria Guimaraes (1 but en 16 apparitions de Liga NOS).

Au regard de la situation de ces hommes, nous sommes donc légitimement en droit de nous demander quelle est la réelle stratégie sportive du nouveau LOSC. Bien sûr, on ne saura jamais si les Sliti, Xeka et autres Mavuba auraient pu empêcher la saison compliquée qu’est en train de vivre Lille, mais en tout cas la question mérite d’être posée. Quoi qu’il en soit, quand on voit la réussite de certains, nul doute que les pronos football des spécialistes ne seraient pas les mêmes s’ils avaient eu leur chance dans le Nord cette saison. Fin Mai, il faudra assumer.

Crédit Photo : Laurent SANSON – NordSports-Mag.com

Commentaires

En haut