A la UNE

Il parait que Nice ne nous réussit pas…

Aller! Il fallait relancer la machine après cette victoire en Coupe de la Ligue. Une belle prestation en seconde mi-temps contre Troyes et on s’était dit: « Enfin la locomotive Renard est prête et va enfin partir ». Que nenni, mon ami! Analysons un peu ce match pour voir pourquoi nous ne sommes par reparti avec 3 points aujourd’hui.

L’Allianz Arena de Nice promet une superbe rencontre pour les joueurs mais aussi pour les quelques chanceux qui ont pu faire le déplacement. Un superbe hommage des Ultras Niçois et Lillois grâce à plusieurs tifos: les deux factions célèbrent leur bonne entente qui dure depuis maintenant depuis 20 ans. Entre les interdictions de déplacements des supporters et les incidents à répétitions qui jettent l’opprobre sur notre championnat, un respect aussi sain et exemplaire ne peut qu’ être le bienvenu.

Les conditions de jeu sont superbes: un soleil que connaît bien le Sud de la France et des températures exceptionnelles accompagneront les joueurs tout au long du match.

Nice avait perdu contre le Gazelec Ajaccio lors de leur dernier match 3-1 et Lille avait été neutralisé par Marseille 2-1.

À seulement deux points de la zone rouge, avec la deuxième meilleure défense et une attaque famélique (6 buts, la deuxième pire de L1), le LOSC vise sa troisième victoire de la saison en Championnat pour grappiller quelques places et se donner de l’air.

Nice avance en 4-4-2 losange. Hassen est au but, protégé par Pied, Baysse, Le Marchand et Pereira. N. Mendy (c) est la sentinelle de l’entrejeu, épaulé par Koziello et Seri avec Wallyson en meneur. Germain et Ben Arfa forment l’attaque.

Lille opte pour le 3-5-2, avec Sunzu, Civelli et Soumaoro pour veiller devant le portier Enyeama. Mavuba (c) travaillera à la récupération dans un milieu également composé de Sidibé, Balmont, Obbadi et Bauthéac. Boufal et Guillaume seront à la finition.

Nice n’a jamais bien réussi à Lille qui n’a pas gagné contre le Gym depuis 2012.

Balmont: « Il faut trouver les bons placements. »

Lors de l’interview de début de match de Florent Balmont, celui-ci a déclaré: « On va essayé d’aller chercher les bons placements, les bonnes occasions, les bons ballons. » Ce n’est pas assez: on veut la victoire!

L’arbitre Wilfried Bien engage le match. Les équipes se tâtent et tout doucement déjà le LOSC montre des signes d’envie.

Dès la deuxième minute, une entente Guillaume – Balmont câle sur la défense Niçoise en plein dans la surface. Il y avait de l’idée…

Le match se débride, et déjà nous pouvons voir que notre milieu Obbadi – Balmont – Mavuba produit une bonne couverture: ils interceptent beaucoup de ballons, relancent les couloirs et les attaquants, et défendent ardemment.

Le LOSC qui a bien conscience de la réussite offensive de Nice et plus particulièrement du duo Ben Arfa –  Germain, bloque très bien les deux attaquants. Valère Germain réussit sa première occasion franche à la 7ème minute, celle-ci bien dégagée par Sunzu en corner.

Le premier quart-d’heure est bien Lillois au niveau du nombre d’actions offensives (sans pour autant tirer au but): les nordistes stagnent dans la zone défensive Niçoise qui intercepte toutes leurs attaques.

Mais est-ce vraiment la réussite défensive des Niçois qui ne nous réussit pas, ou juste l’incompétence franche de nos attaquants devant le but de Mouez Hassen?! A la 17′, nous avons envie de crier « MAIS OU EST BAPTISTE GUILLAUME?! »: deux bonnes occasions, qui auraient pu aboutir mais à cause d’un manque de soutien offensif, elles ont fini dans les nuages. C’est ce genre de situation qui nous énerve: il doit y avoir une entente entre les attaquants!

C’est d’ailleurs les joueurs de couloir qui proposent une des occasions les plus intéressantes de première mi-temps: Sidibé et Obbadi à la 20′. Sans être cadrée, ils ont réussi à exploiter un des vides les plus flagrants de la défense Niçoise. Une bonne leçon à nos attaquants.

Le match s’uniformise peu à peu et à la 27ème minute, nous arrivons à conclusion que les Niçois, sans être décisif, ont mis en cages les Lillois pour bloquer tout avancée . Ils ne se contentent en revanche que de frappes lointaines sans conviction.

Nous constatons aussi qu’ à la 36′: Nice à trois tirs cadrés et Lille deux. Les différences ne sont pas extaordinaire.

La mi-temps arrive enfin. Le match est clairement pas celui que l’on attendait: Lille est plat à voir jouer.

Fautes de grives, on mange des merles

Ou fautes d’aiglons. Mais Lille revient affamée de la pause avec de suite une monopolisation du terrain niçois. Les espaces s’ouvrent, Lille joue sur les couloirs en espérant les centres. A la 55′, nous avons déjà deux tirs au compteur.

Les Niçois osent des occasions plus cadencées aussi à l’image de Ben Arfa à la 59′ qui tire en plein sur Enyeama. Il redonne de suite à Boufal. Celui-ci nous produit une incroyable enjambée et butte sur le gardien Niçois. On se titille franchement sans marquer.

Toutes les attaques Lilloises sont entreprises par Boufal ou par les couloirs. Guillaume s’est recadré sur un rôle d’avant centre sans conviction. Les hypothèses de placements sont complètement chamboulées et c’est triste à voir.

Le Lillois essayent de créer de avancées offensives sans réussir, notamment à la 69′, 70′ 72′.

Les Niçois manque de mener à la 81′ grâce à un superbe travail de Vincent Enyeama qui doit aussi remercier sa transversale.

Sur cette seconde période à la 81′, Nice a 4 tirs cadrées, Lille en a 0.

Sunzu a la plus grosse occasion Lilloise de la seconde période à la 93′: sur un corner de Martin celui-ci s’impose de la tête au premier poteau. La balle est dégagé sur la ligne par le capitaine Nampalys Mendy. Hassen était battu.

Les deux équipes se neutralisent après un match nul qui nous laisse sur notre faim.

Ce qu’il faut retenir:

Le résultat: ou pas! C’est malheureux à dire mais on a pas perdu! C’est le plus important: après la négativité ressentie face à l’OM, on peut vraiment espérer que la tendance peut se renverser et que nous pouvons enfin voir le bout du tunnel.

Gros match de Civelli, Sunzu, Obbadi, Sidibé, Bauthéac et Boufal: toutes les actions offensives émanaient en général de ces joueurs. Balmont fatiguait sur la fin et produisait fautes sur fautes mais il aurait pu aussi avoir sa place. Boufal continuait de s’investir en attaque jusqu’à sa sortie. Notre guerrier Obbadi a été touché au tibia en début de 2ème mi-temps mais a quand même continué jusqu’à sa sortie sans se plaindre.

L’accueil du Gym: toujours un plaisir de jouer à Nice. L’accueil des Niçois pour Bauthéac par exemple était extraordinaire.

Ce qu’il ne faut pas retenir:

Je n’ai pas coutume de commenter les mauvais points du LOSC mais une revue s’impose.

Les fautes: ce match avait le record de fautes en L1 cette saison.

L’impression de mésentente des joueurs Lillois: on sent comme si les joueurs étaient surpris des actions offensives de leurs partenaires. Il n’y a aucune anticipation.

Guillaume bon…en défense: il a dégagé de la tête tous les corners Niçois…mais c’est pas son rôle premier. Niveau attaque, il a été en dessous du niveau attendu.

Guirassy rentre à la 88′? Un changement offensive à la 70′ aurait peut être été plus judicieux…

Le prochain match est au Grand Stade à la maison face à Bastia. Tout est possible. Il doit y avoir une victoire, c’est impératif! Une réaction offensive s’impose. Aller le LOSC!

Crédit Photo : Laurent SANSON – NordSports-Mag.com

Commentaires

Dernières infos

To Top
Powered by Live Score & Live Score App