A la UNE

Honteux !

Si le football était un entretien d’embauche, le LOSC serait ce mec qui, le lendemain de beuverie, se réveille 20 minutes avant de se présenter à l’office, ne s’est ni laver ni brosser les dents, porte des habits tous tachés de la veille. En un mot, pas prêt du tout! Le LOSC nous a offert un spectacle pitoyable. Cet après-match va être court tellement il n’y a rien à dire.

La première d’ Antonetti

Pour sa première notre cher nouveau coach nous aligne donc Enyeama, Corchia, Civelli, Soumaoro, Sidibé, Balmont, Mavuba, Martin, Bauthéac, Tallo, Nangis.

Le SCO d’Angers aligne un 4-3-3 classique avec Butelle au goal, Manceau, Thomas, Traoré, Andreu en défense, Saïss, Mangani, N’Doye en milieu et Sunu, Ketkeophomphone et Camara en attaque.

Sur un début de match assez accessible, le LOSC se créé plusieurs occasions comme le lobe de Tallo à la première minute, Soumaoro à la 7′, Nangis à la 11’… Une entreprise Lilloise qui se met en place comme à chaque match. Le LOSC titille l’adversaire sans jamais vraiment faire un effort de plus pour pouvoir tuer le match depuis le début. C’est dommage.

Les duels avec les Angevins sont âpres. Le SCO a l’envie de casser toutes les actions Lilloises. Si il y a victoire, le SCO monte sur le podium. Si il y a défaite le LOSC est relégable…

A la 14′, Lille propose un jeu d’une grosse intensité mais parce qu’il y a AUCUNE créativité offensive chez les Lillois on reste à 0-0.

Le mérite de cette première mi-temps c’est bien le jeu mis en place par Antonetti qui consiste à solidifier le milieu et à faire permuter le ballon par des relances d’une simple touche de balle. Le jeu du LOSC, sous la période Renard, a tellement consisté à un éventuel salut sur les ailes que les adversaires savaient où on allait relancer. Prévisible comme tout.

Corchia écope d’un jaune sur une faute de Camara. Ce qui provoque un coup franc tiré par Ketkeophomphone en plein sur Sunu dans la surface qui marque du plat du pieds. Celui-ci devait être marqué par Soumaoro qui n’a couvert rien du tout.

Aussi n’envoie jamais demander pour qui sonne le glas : il sonne pour toi!

Un peu de référence littéraire ne peut faire que du bien, cette citation du poète Anglais John Donne indique bien le sentiment que nous avons tous: le LOSC meurt. Et si ce n’est pas essentiellement de la faute du coach, du président, de la malchance, c’est complètement la faute des joueurs.

6 minutes plus tard, Angers en remet une couche sur un but exactement similaire au premier. But de Traoré.

Nangis écope d’un jaune pour une faute de frustration sur Camara.

Lille est tellement à la rue que les ballons relancés sont longs, à la va-vite, sans conviction.

Si il y avait qu’un seul mot pour ce match, ça serait « pfff ».

La mi-temps arrive et les 11 comiques Lillois rentrent au vestiaire. On espère juste qu’Antonetti travaille ses cordes vocales dans leurs oreilles.

La deuxième mi-temps se présente aussi morne que la première. Le jeu du milieu s’est re-métamorphosé en « Renardise », c’est à dire on renvoie sur les ailes et on prie pour que ça passe les 3/4 du terrain.

Angers continue de créer le danger, toujours intercepté par notre défense au dernier moment.

Rentrée de Benzia à la 55′ et sortie de Nangis qui était totalement invisible sur ce match (à part pour son carton jaune.)

A la 59′, quelle occasion pour Lille et quel raté de Tallo ! Bauthéac centre fort devant le but en direction de son coéquipier qui, au lieu de pousser le ballon au fond des filets, contrôle, s’emmêle les pinceaux et met le ballon à côté !

No comment…

Petit réveil de Bauthéac, Benzia et Balmont qui multiplient les ballons dans le gros Angevin du box. Aucune précision dans les tirs. On rame.

Le LOSC pourtant possède 58% du ballon. Mais aucun sérieux dans les relances.

A la 68′, Civelli essaie de remettre le ballon dans le jeu auquel il tournait le dos. Le défenseur Angevin Thomas essaie de récupérer de la tête et se prend le pied de Civelli. L’arbitre sort le rouge direct. Sanction très, très, très sévère sur Civelli. Le LOSC joue mal, mais l’arbitre ne fait pas mieux. Une faute comme celle-ci ne mérite qu’un jaune. Mauvais choix de l’arbitre et d’ailleurs tous les journaux sportifs sont unanimes.

Stoppila Sunzu remplace Marvin Martin à la 77′. On stagne niveau jeu.

Le SCO essaie de remettre un coup de pression. Sans succès.

A la 78′, Guillaume remplace Tallo.

A la 87′, on ne peut pas dire qu’Angers cherche à inscrire un troisième but mais Lille ne fait aucun pressing.

Quel manque de conviction déroutant! C’est écoeurant à ce stade de n’avoir aucune envie!

Le match se termine sur une parade d’Enyeama, qui ce soir a peut-être été victime de l’inefficacité de ces coéquipiers.

losc_lille_vs_olympique_marseille_ligue_1_j11_2015_2016_25-10-15_photo_laure_23

Bravo Messieurs! Lille est relégable!

Ce qu’il faut retenir: La première d’Antonetti.

Ce qu’il ne faut pas retenir:

  • Le baisse de rythme dès la 20′.
  • Les cartons
  • Le milieu insipide
  • Le positionnement de Soumaoro sur le but de Sunu
  • Nangis sur tout le match
  • L’inneficacité pénible de Tallo
  • L’arbitrage
  • Le raté de Bauthéac en fin de partie
  • Vivement que Boufal revienne

En conclusion:

Il parait qu’Antonetti est un pompier de ce genre de situation. Il y a du boulot. Cela fait des décennies que le LOSC n’a pas été aussi mauvais. Faudra préparer le café parce qu’ il y a du taf. Rendez-vous mercredi pour LOSC-ASSE, un match pas facile.

J’aimerais dire la victoire est impérative. Mais avec une équipe de bras cassés comme celle-ci, espérer une victoire m’a tout l’air d’un rêve inaccessible.

Malgré tout, ALLER LE LOSC!

Commentaires

Dernières infos

To Top
Powered by Live Score & Live Score App