Historique

Le 23 septembre 1944, les clubs rivaux de l’Olympique Lillois et du Sporting Club Fivois décident de fusionner. Deux mois plus tard, la création du LOSC (Lille Olympique Sporting Club) est effective. Avec + de 70 ans d’histoire il est temps de revisiter l’histoire du LOSC de Jean Baratte jusqu’a Rio Mavuba en passant par Eden Hazard ou Johny Ecker.

De 1944 à 1954: Les années fastes.

A peine créé, le Losc décroche deux ans plus tard le premier doublé de son histoire. En 1946, Lille est sacré champion de France et remporte la Coupe de France en battant en finale le Red Star.

Trois autres Coupes de France suivront en 1947 (victoire 2-0 contre Strasbourg), en 1948 (face à Lens 3-2) et en 1953 (contre Nancy 2-1). La première décennie du club s’achève en apothéose avec un deuxième titre de champion de France remporté en 1954. Une période symbolisé par son prolifique buteur Jean Baratte, bien que décédé aujourd’hui Il reste le 12e meilleur buteur de l’histoire du championnat de France et le meilleur buteur du LOSC avec un total de 169 buts inscrits en Division 1.

De 1954 à 1964 : Une coupe puis la dégringolade. 

En remportant sa cinquième Coupe de France face à Bordeaux en 1955, Lille ignore qu’il s’agira de son dernier titre avant cinquante-six ans. Après ce trophée, le club connaît sa première relégation en 1956. Lille remonte puis redescend en 1959. Il faut attendre 1964 et un titre de champion de France de Division 2 pour retrouver le Losc parmi l’élite.

De 1964 à 1974: Les années noires. 

Revenu dans l’élite, le Losc y reste quatre ans avant de retomber en deuxième division. Pire, en grande difficulté financière, Lille décide de renoncer au professionnalisme en 1969 et se retrouve en troisième division pour la première fois de son histoire. Deux ans après, le club sort enfin de l’ombre et retrouve l’élite du foot français. Mais le club redescend immédiatement en Division 2 avant de remonter une nouvelle fois en 1974, l’année de ses 30 ans.

De 1974 à 1984: Nouveau stade, période de doutes et installation. 

Revenu dans l’élite, le Losc inaugure son nouveau stade en octobre 1975. Fini Henri Jooris et place à Grimonprez-Jooris, enceinte de 25.000 places, installée quelques mètres plus loin dans le parc de la Citadelle.

Malgré ce nouveau stade, les résultats du club continuent d’être décevant. En 1977, Lille retourne en D2 mais remonte deux ans plus tard. A partir de 1979, le club commence à se structurer avec un centre de formation et le passage à une société d’économie mixte en collaboration avec la mairie de Lille. Le club se stabilise en première division et atteint même les demi-finales de la coupe de France en 1983 face à Nantes (1-2; 1-1).

De 1984 à 1994: Lille se stabilise mais ne brilles pas. 

A l’exception d’une demi-finale de Coupe de France perdue face à Monaco en 1985 (1-0; 0-2), Lille reste en Division 1 mais ne réalise pas de véritable coup d’éclat. Seul Jacques Santini permet au club nordiste de finir sixième du championnat en 1991. Pour le reste, le Losc se bat surtout pour ne pas descendre et termine souvent dans le ventre mou. 

De 1994 à 2004 : Descente aux enfers et rebond au paradis !

Après 18 ans d’affilée passés dans l’élite, Le Losc retombe en 2e division en 1997. Trois années plus tard, Lille remonte en survolant le championnat de D2 sous la houlette de son mémorable entraineur Bosniaque Vahid Hallilodzic, arrivé au club deux ans plus tôt. Entre-temps, le club est devenu une entreprise privée quand la mairie de Lille a décidé de vendre ses parts en 1999 au duo d’investisseurs Luc Dayan et Francis Graille.

Pour son retour dans l’élite en 2000, Lille enchaîne les miracles et termine à une inattendue troisième place, synonyme de tour préliminaire de Ligue des Champions. Pour la première fois de son histoire, le club nordiste va disputer la coupe d’Europe. Et alors que personne ne mise sur les Ch’tis opposés aux Italiens de Parme en tour préliminaire, les jeunes Lillois vont réaliser un exploit en s’imposant à l’extérieur (2-0).

Malgré sa défaite à domicile au retour (0-1), Lille se qualifie pour la Ligue des champions que le club jouera au stade Bollaert. Après quatre ans passés au club, Vahid Halhihodzic quitte le Losc en 2002, remplacé par Claude Puel qui va poursuivre la montée en puissance du club nordiste. La même année, Michel Seydoux devient le nouveau président du Losc.

De 2004 à 2014: Europe, doublé et nouveau stade

Après deux premières saisons moyennes, Claude Puel permet au Losc de retrouver l’Europe en 2004 via un succès en coupe Intertoto. Dans la foulée, le club nordiste réalise deux saisons exceptionnelles en terminant deuxième de Ligue 1 en 2005 puis troisième en 2006. Lille dispute deux Ligue des champions d’affilée avec en point d’orgue une qualification en huitièmes de finale acquise sur la pelouse du Milan AC (0-2) le 6 décembre 2006.

Eliminé en huitièmes de finale par Manchester United (0-1; 0-1), le club attendra cinq ans avant de retrouver la piste aux étoiles. Claude Puel quitte Lille pour Lyon en 2008 et laisse sa place à Rudi Garcia.

Après des débuts difficiles marqués par un vrai faux départ en 2009, le nouveau coach lillois va imposer un nouveau style de jeu au Losc basé sur l’offensif. Grâce à des pépites comme Hazard, Gervinho, Cabaye, Debuchy ou encore Chedjou, Lille séduit la France et remporte un doublé magnifique en 2011, aboutissement d’une génération exceptionnelle.

En coulisses, derrière les titres, le Losc en a aussi profité pour se structurer. En 2007, le centre d’entraînement ultra-moderne du domaine de Luchin est inauguré. Côté stade, Lille va devoir attendre un peu plus longtemps. Après avoir quitté Grimonprez-Jooris en 2004, Lille se réfugie au Stadium Lille Metropole depuis l’annulation de Grimonprez-Jooris II bloqué par une association de riverains désireux de préserver le site de la Citadelle. Il faudra attendre le 17 aôut 2012 et l’inauguration du Stade Pierre Mauroy (50 000 places) pour que Lille ait enfin une enceinte à sa mesure.

C’est dans cette enceinte située à Villeneuve d’Ascq que le Losc, désormais entraîné par René Girard, a décroché la troisième place de Ligue 1 la saison dernière. Qualifié en Ligue Europa, le club va disputer son centième match européen le 6 novembre à Everton. L’histoire continue…

<

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En haut